Bienvenue sur le site des questions réponses du jardin et des espaces verts. Connexion or Inscription

1 Réponses

Savez-vous que depuis le 1er janvier 2017, les propriétaires forestiers ne peuvent plus compter sur l’Etat pour être indemnisés en cas de tempêtes exceptionnelles ?

Posée par: 289 vues , ,
Aménagement, Végétal

1 Réponses

  1. +1 Votes Thumb up 0 Votes Thumb down 0 Votes

    En effet, depuis le 1er janvier 2017, les propriétaires forestiers ne peuvent plus compter sur l’Etat pour être indemnisés en cas de tempêtes exceptionnelles. Le risque de faire face à une catastrophe économique et écologique est d’autant plus grand que seuls 5 % des propriétaires de forêts privées sont actuellement assurés contre ces intempéries.

    Un risque accru

    74% des propriétaires forestiers ont déjà vu leur forêt sinistrée au moins une fois dans leur vie (dont 55% suite à une tempête) et 75% d’entre eux craignent un sinistre dans l’année. « Il est difficile de précisément savoir précisément ce que nous réserve le changement climatique, mais nous avons une certitude : les épisodes extrêmes vont se multiplier. Il est donc essentiel que les forestiers puissent s’assurer » explique Antoine d’Amécourt, président de Fransylva.

    Sylvassur : une solution sur-mesure pour répondre à ce risque

    Pour faire face à ce risque et à l’arrêt de l’indemnisation par l’Etat, Fransylva a conçu avec Verspieren une offre d’assurance adaptée au secteur forestier. Jusqu’ici les offres d’assurance étaient trop peu nombreuses et très standardisées.

    Sylvassur est le produit d’assurance conçu avec Verspieren qui répond parfaitement au cachier des charges rédigé par les forestier : ils peuvent choisir la superficie couverte (ils choisissent les parcelles à assurer), la valeur à garantir entre 500€/ha et 25000 €/ha, ainsi que le seuil d’indemnisation totale afin d’optimiser leur prime d’assurance.

    « Avec Sylvassur nous avons une offre compétitive, efficace et adaptée. Il est important que les propriétaires puissent y souscrire pour assurer la reconstitution de leur forêt en cas de tempête. Car sans assurance il apparaît presque impossible à un forestier de reboiser. C’est un manque à gagner énorme pour la planète quand on sait que nos arbres captent le C02, luttent contre l’érosion des sols, accueillent de la biodiversité et produisent un matériau d’avenir dont on aura de plus en plus besoin : le bois ! » conclu Antoine d’Amécourt.

    >>A propos de FRANSYLVA :

    La Fédération nationale des syndicats des forestiers privés de France regroupe : 18 unions régionales, 78 syndicats départementaux ou interdépartementaux, soit 40 000 adhérents et 2,5 millions d’hectares (1/5e de la surface des forêts privées). Elle représente les sylviculteurs auprès des pouvoirs publics français et européen, des partenaires de la filière forêt bois et des organismes non gouvernementaux impliqués dans la filière forestière. Elle informe les propriétaires forestiers sur les questions politiques, juridiques, environnementales et économiques. Elle leurs donne ainsi les moyens de gérer leur forêt en acteurs économiques responsables avec sérénité et les incite à s’engager dans une gestion durable de leur forêt.

    >>A propos de VERSPIEREN :

    Maison-mère du Groupe Verspieren, Verspieren bénéficie du meilleur des métiers du courtage en assurances porté par sa famille de 22 entreprises. Grâce à l’appui et aux savoir-faire des 2061 collaborateurs du Groupe, Verspieren crée les synergies nécessaires qui garantissent à ses clients les solutions d’assurance les plus adaptées à leurs questions et enjeux. Sa force collective alliée à la puissance financière du Groupe permettent à Verspieren d’apporter à ses clients le meilleur de l’assurance, au meilleur prix, en France comme à l’international. En 2015, le Groupe Verspieren a réalisé un chiffre d’affaires de 335 millions d’euros.

    SECTEUR VERT - Jan 20, 2017 | Répondre


Question Réponse